@alex_viougeas

Instagram: @alex_viougeas

1. What’s your story? Where are you from?

My name is Alex. I was born and raised in Valence in the southeast of France, in the Rhône valley between the Ardèche hills and the cliffs of the Vercors. The geographical proximity of these two natural reserves during my childhood probably influenced my interests and my sensibility and undoubtedly influenced my decision to come back and settle here with my family, a few years ago, after having lived and worked for a long time in Paris.

At the end of my graphic arts studies, I worked as a graphic designer in various studios and publishing houses, especially in children’s publishing. Meetings and collaborations with many illustrators have certainly given me the desire and the motivation to do my own illustrations. Today I divide my time between illustration and graphic design in the LA BONNE ADRESSE studio created with my wife Marlène Scharr (also graphic designer).

Je m’appelle Alex, je suis né et j’ai grandi à Valence dans le sud-est de la France, au cœur de la vallée du Rhône entre les collines ardéchoises et les falaises du Vercors. La proximité géographique de ces deux réserves naturelles durant mon enfance a surement influencé mes centres d’intérêts et ma sensibilité et a sans aucun doute pesé sur ma décision de revenir m’installé ici avec ma famille, il y a quelques années, après avoir vécu et travaillé longtemps à Paris.

À la fin de mes études d’arts graphiques, j’ai travaillé en tant que designer graphique dans divers studios et maisons d’édition et notamment dans l’édition jeunesse. Les rencontres et les collaborations avec de nombreuses et nombreux illustratrices et illustrateurs m’ont assurément donné l’envie et la volonté de me lancer à mon tour dans l’illustration. Aujourd’hui je partage mon temps entre l’illustration et le design graphique au sein du studio LA BONNE ADRESSE créé avec mon épouse Marlène Scharr (également designer graphique).

2. Tell us about your aesthetic.

I’m always in the quest to get down to the basics of drawing and shapes. I like to deconstruct and deform bodies, mistreat perspectives to find a certain naivety in the drawing. While the style of drawing and the degree of realism may vary depending on the type of project, the two or three color treatment and the recurring use of overprinting are on the other hand a significant part of my graphic signature.

Je suis toujours dans la quête d’aller à l’essentiel dans le dessin et les formes. J’aime bien déconstruire et déformer les corps, maltraiter la perspective pour retrouver une certaine naïveté dans le dessin. Si le style de dessin et le degré de réalisme peut varier selon les types de projet, la bichromie ou la trichromie et l’usage récurrent de la surimpression font en revanche partie intégrante de ma signature graphique.

3. What is your favourite medium and why?

Pencil and paper. I am unable to instill a minimum of life into a drawing without first using a pencil. My gesture is freer, uninhibited and I like accidents and clumsiness caused by the irregularity of the paper or a badly cut pencil lead. My few attempts to draw directly on the tablet made me feel like I was drawing in apnea and the result was stiff!

Le crayon et le papier, je suis incapable d’insuffler un minimum de vie à un dessin sans être passé préalablement par le crayon. Mon geste est plus libre, décomplexé et j’aime les accidents et les maladresses que provoquent le grain du papier ou une mine mal taillée. Mes quelques tentatives de dessiner directement à la tablette m’ont donné l’impression de dessiner en apnée et le résultat était tout raide!

4. What is your artistic process like?

I do reflect… I sometimes do reflect for a long time, I look for an idea, a concept, an original way of approaching the subject, this is the part of my methodology that can sometimes be a little painful. Then I do some research and everything else is just fun.

I always pencil on paper, I test my idea, I adjust it, I look for my composition. When I have filled in enough sheets, I scan all the little pieces of drawing that I have selected, a head here, an arm there, to put everything back together and fix the composition. Once I have my draft, I move on to the real job of rendering by coloring. Depending on the aesthetic I’m looking for, I can keep the entire pencil line or just some details or nothing at all.

The coloring, on the other hand, is done entirely on the computer. I work with a reduced color palette, two-color, or three-color, playing with the overprinting of the colors. It is as if I were working with a superposition of tinted glass plates, like a sculptor’s work, I come to remove material on one color then on another to recover the support bench while exploiting the new colors created by the superimposition of the plates. I also like to make this overprinting work more visible by creating accidents and shifts. This aesthetic, resulting from a printing error or rather from a lack of precision in the wedging of the different color passages, brings a vibration that animates the picture, which gives it more life. For me, working in two colors is more of a driving force than a constraint because it pushes me to find tricks in drawing and composition to reveal the details that I want to highlight. I like that DIY side.

Je réfléchi… Je réfléchi parfois longtemps, je cherche une idée, un axe, une manière originale de prendre le sujet, c’est la partie de ma méthodologie qui peut être parfois un peu douloureuse. Puis je me documente et ensuite tout le reste n’est que plaisir.

Je crayonne toujours sur papier, je mets mon idée à l’épreuve, je l’ajuste, je cherche ma composition. Quand j’ai rempli suffisamment de feuilles, je scanne tous les petits bouts de dessin que j’ai sélectionnés, une tête par-ci, un bras par-là pour recomposer le tout et caler la composition. Une fois que j’ai mon brouillon, je passe au véritable travail de rendu par la mise en couleur. Selon l’esthétique que je recherche, je peux conserver l’ensemble du trait au crayon ou juste certains détails ou rien du tout.

La mise en couleur est en revanche entièrement faite sur l’ordinateur. Je travaille avec une palette de couleur réduite, bichromie, ou trichromie en jouant avec la surimpression des couleurs. C’est comme si je travaillais avec une superposition de plaques de verre teintées, comme un travail de sculpteur, je viens enlever de la matière sur une couleur puis sur une autre pour récupérer le banc du support tout en exploitant les nouvelles couleurs que crée la superposition des plaques. J’aime aussi rendre plus visible ce travail de surimpression en créant des accidents et des décalages. Cette esthétique, issue à l’origine d’erreur d’impression ou plutôt d’un manque de précision dans le calage des différents passages de couleur, apporte une vibration qui anime le dessin, qui lui confère plus de vie. Le travail en bichromie est pour moi d’avantage un moteur qu’une contrainte car il me pousse à trouver des astuces dans le dessin et la composition pour révéler les détails que je souhaite mettre en avant. J’aime ce coté bricolage.

5. Who and/or what inspires your work? 

All of the illustrators that I have met, admired or even envied. I can marvel for a long time just on a perfect line! Oh, that’s so beautiful!

Tous et toutes les illustrateurs et illustratrices que j’ai pu rencontrer, admirer ou même envier. Je peux m’émerveiller longtemps simplement sur un trait parfait! Oh, c’est très beau!

6. What role does art play in your life? How does it change the way you view the world?

More than art itself, drawing has always been for me a way of making tangible things, ideas, projects and dreams of all kinds that I had in my mind. In a way, this is my most reliable way to get presentable things out of my messed up brain. There is an expression in French that says “Should I make you a drawing?” Which sarcastically expresses annoyance when the person we’re talking to doesn’t seem to understand a simple idea. So for my part, YES, I have to draw to myself a drawing!

How does this change my way of seeing the world? I feel that translating the world into a drawing requires us to look at it, observe it and understand it.

Plus que l’art à proprement parlé, le dessin à depuis toujours été pour moi une manière de rendre palpable des choses, des idées, des projets et rêves en tous genres que j’avais en tête. D’une certaine manière, c’est mon moyen le plus fiable pour sortir des choses présentables de mon cerveau en bazar. Il y a une expression en français qui dit « faut-il que je te fasse un dessin? » qui exprime avec sarcasme un certain agacement quand la personne a qui l’on parle ne semble pas comprendre une idée simple. Alors pour ma part, OUI, il faut que je ME fasse un dessin!

En quoi cela change-t-il ma façon de voir le monde? J’ai l’impression que traduire le monde en dessin nous oblige à bien le regarder, l’observer et le comprendre.

7. Where did you study?

I studied visual communication in Marseille (France) and graphic design at the École Régionale des Beaux Arts in Valence (France).

J’ai étudié la communication visuelle à Marseille (France) et le design graphique à l’École régionale des Beaux Arts de Valence (France).

8. Where do you see yourself in five years?

Honestly, I’m not sure … I’d like to do some more illustration! Always more projects, more books…

Honnêtement, je ne sais pas trop… j’aimerai faire encore plus d’illustration! Toujours plus de projets, plus de livres…

9. What about in ten?

Honestly, I really don’t know!

Honnêtement, là, j’en sais vraiment rien!

10. What do you hope to achieve with your art?

I would love to make my own book! All alone. Succeed in telling a story, a tale or something else and fully illustrate it. Will it be a children’s album, a comic book or a graphic novel, for now, I don’t know … but it’s simmering quietly in the back of my head.

J’aimerai bien faire mon propre livre! Tout seul. Réussir à raconter une histoire, un conte ou autre et l’illustrer entièrement. Est-ce que se sera un album pour enfant, une BD ou un roman graphique, pour l’instant j’en sais rien… mais ça mijote tranquillement dans un coin de ma tête.

11. Now, tell us a little more about you as a person: what is your favourite food?

For a long time, it was my grandmother’s boeuf bourguignon, but while living in Paris I had the chance to taste the cooking of the whole world and I must admit that, with all due respect, the boeuf bourguignon of my grandmother is taken a huge slap in the face! However, I have another madeleine de Proust, it is the cooking of Laos, thanks to a Laotian uncle who has been delighting the family clan with his specialties since I was very young.

Pendant longtemps c’était le bœuf bourguignon de ma grand-mère, mais en vivant à Paris j’ai eu la chance de goutter la cuisine du monde entier et je dois bien avouer que, malgré tout le respect que je lui dois, le bœuf bourguignon de ma grand-mère s’est pris des bonnes claques! J’ai cependant une autre madeleine de Proust, la cuisine du Laos, grâce à un oncle laotien qui réjouit le clan familial de ses spécialités depuis que je suis tout petit.

12. Favourite book?

I don’t really have a cult or favorite book, but I’m a fan of American literature. It happened to me quite by accident. Child and even teenager, I hardly read, in any case, no fiction. However, from a very young age, I was fascinated by Native American cultures and in constant search of information on this subject. After reading all the comic books of Derib’s Buddy Longway and touring all the existing children non-fiction books, the only way to learn new things was to read anything that could relate directly or indirectly to my devouring passion! This unquenchable thirst for knowledge has never left me. As I entered adulthood I gradually moved from essays, documentaries and other biographies to novels and fiction on the unique condition that they had some connection with Native Americans. I then came across Jim Harrison’s Dalva, the first shock, very late indeed… but all the more powerful. There followed a host of books and authors, Joseph Marshall, Joseph Boyden, Alexie Sherman, Dee Brown, James Welch, Joel Williams, David Vann, Pete Fromm or Dan O’Brien. Storytellers.

Je n’ai pas vraiment de livre culte ou préféré par contre je suis assez fan de la littérature américaine. Elle m’est tombée dessus un peu par hasard. Enfant et même adolescent, je ne lisait quasiment pas, en tout cas pas de fiction. J’étais en revanche depuis très jeune fasciné par les cultures amérindiennes et en quête permanente d’informations sur ce sujet. Après avoir lu tous les épisodes de Buddy Longway de Derib et fait le tour de tous les documentaires jeunesses existants, le seul moyen d’apprendre de nouvelles choses était de m’attaquer à tous ce qui pouvait traiter de près ou de loin de ma passion dévorante! Cette soif inextinguible de connaissance ne m’a jamais quitté. En entrant dans l’âge adulte je suis passé progressivement des essais, documentaires et autres biographies aux romans et à la fiction à la seule condition qu’ils aient un rapport de près ou de loin avec les amérindiens. Je suis alors tombé sur Dalva de Jim Harrison, le premier déclic, très tardif certes… mais d’autant plus puissant. S’en est suivie une ribambelle de livres et d’auteurs, Joseph Marshall, Joseph Boyden, Alexie Sherman, Dee Brown, James Welch, Joel williams, David Vann ou Pete Fromm, Dan O’Brien, des raconteurs d’histoires.

13. Favourite genre of music? 

All musical genres provided I find one or more of the following ingredients: depth, authenticity or energy. I like music that transports me, moves me or just makes me want to move.

Tous les genres musicaux à condition qui j’y trouve un ou plusieurs des ingrédients suivant : profondeur, authenticité ou énergie. J’aime qu’une musique me transporte, m’émeuve ou me donne tout simplement envie de bouger.

14. What are your hobbies? 

The music precisely … the guitar, riding and trying to train my skateboard, I love to cook, I like to hike to the feeling and bivouac on the highlands of Vercors. And above all, I like to tinker, I don’t stay quiet for very long on a chair without making wood shavings, sewing things, repairing others… at the moment I like to make bows and arrows and shoot with them.

La musique justement… la guitare, chevaucher et tenter de dresser mon skateboard, j’aime cuisiner, j’aime randonner au feeling et bivouaquer sur les hauts plateaux du Vercors. Et surtout, j’aime bricoler, je ne tiens pas très longtemps tranquille sur une chaise sans faire des copeaux de bois, coudre des trucs, en réparer d’autres… en ce moment j’aime fabriquer des arcs et des flèches et tirer avec.

15. If you weren’t an artist, what would you be?

Sad.

Triste.